English form


Contexte

Dans le dernier rapport de la Banque mondiale intitulé Turn Down the Heat – Confronting the New Climate Normal, la région « MENA » (Middle East and North Africa) est identifiée comme un des « points chauds » du changement climatique en raison de sa vulnérabilité aux conséquences d’une hausse moyenne des températures d’ici 2100 (+2°C dans le cadre du scénario le plus optimiste). Les risques liés au changement climatique (baisse des précipitations, augmentation des épisodes de sécheresse, élévation du niveau de la mer) seront d’autant plus élevés que la région doit d’ores-et-déjà faire face à des pressions anthropiques croissantes.

En effet, en Méditerranée, deux tiers de la population vit aujourd’hui en zone urbaine et plus d’un tiers sur le littoral. D’après ONU-Habitat, d’ici 2050, la population urbaine s’élèvera à 170 millions d’habitants dans la rive Nord de la Méditerranée (140 millions en 2005) et atteindra plus de 300 millions d’habitants au Sud et à l’Est (contre 151 millions en 2005).

La forte croissance démographique et urbaine des pays du Sud et de l’Est de la Méditerranée engendre une pression sur les ressources et les écosystèmes, alors même que la région doit faire face à un certain nombre de défis structurels (« pénurie physique » en eau, déficit en produits alimentaires de base) et conjoncturels (étalement urbain non contrôlé notamment sur les côtes, pollutions diffuses, augmentation des inégalités socio-économiques, etc.).

Ainsi les changements climatiques auront un effet direct sur l’économie, la sécurité alimentaire, le tourisme ou les migrations internes de l’ensemble des pays de la région, et menacent à long terme à la fois la résilience des villes méditerranéennes et la durabilité des territoires méditerranéens.

Face à ces défis, les Etats se mobilisent à travers l’adoption de différents engagements internationaux et la mise en œuvre de politiques publiques nationales. Les collectivités territoriales constituent bien sûr un échelon incontournable de la lutte contre le changement climatique à travers leur implication dans la mise en œuvre opérationnelle de ces engagements et de ces politiques publiques. Il n’en reste pas moins, au bout de cette chaîne, que les habitants des villes et des territoires demeurent les premiers concernés par le changement climatique et les premiers responsables dans l’identification et la mise en œuvre de « solutions » susceptibles de favoriser une transition écologique. In fine, la manière dont les femmes et les hommes habitent, travaillent, consomment, produisent et se déplacent constitue le levier d’action principal pour la définition de modes de vie soutenables.

Qui ?

Où ?

Quoi ?


Villes et territoires innovants
Solutions inclusives
Technologies et pratiques innovantes
Politiques RSE
Campagne de sensibilisation et lobbying

Description du projet (entre 3000 et 4000 signes)

Participation à la MEDCOP21